mise à jour du 15 mars 2020
Par ailleurs, nous recommandons fermement la fermeture des installations de balnéothérapie.
Seuls les soins urgents et non reportables peuvent être effectués au cabinet dans ces conditions.
Les patients âgés de plus de 70 ans ou présentant une fragilité ne doivent pas être pris en charge au cabinet mais uniquement à leur domicile, dans le respect le plus strict des règles d’hygiène (lavage des mains, port du masque chirurgical obligatoire).
Il est recommandé aux professionnels eux-mêmes fragiles, y compris les femmes enceintes, de ne plus prendre en charge de patients.
Nous en appelons à la responsabilité de chacun pour respecter ces préconisations. Nous sommes convaincus que les kinésithérapeutes comprendront la nécessité de durcissement des recommandations et qu’ils les appliqueront avec civisme et dans un esprit de solidarité nécessaire.

Commentaires du CDO de Gironde:
>
> Nous sommes actuellement en période de pandémie et les directives gouvernementales visent à limiter au maximum la dissémination du virus et sa propagation.
> Au vu des recommandations actuelles, il n'est pas imposé aux masseurs kinésithérapeutes de fermer leurs cabinets.
> Les impératifs concernent le "TRI" des patients ainsi que les "mesures barrières" et anti propagation du virus.
> Nous devons nous poser la question, en tant que professionnels de santé responsables, de décider si la fermeture du cabinet participe ou non à limiter la propagation.
> Y a-t-il des alternatives ?
>
> Fermer un cabinet implique, bien sûr des conséquences économiques, mais il faut les mettre en balance vis-à-vis des risques que nous faisons courir aux patients accueillis au cabinet.
> Quand bien même nous ne recevrions qu’un seul patient, nous n’utiliserions plus la salle d’attente, nous imposerions le lavage préalable des mains , nous désinfecterions les surfaces de travail etc…
> Les soins que nous délivrerons sont-ils vitaux ?
> Seuls les soins nécessaires et indispensables et vitaux sont à assurer.
>
> Pour les personnes que nous pourrions continuer à suivre, nous avons aussi un rôle pédagogique sur la compréhension de la pandémie et les bons comportements à adopter.
> En conclusion la fermeture des cabinets semble la meilleure solution actuelle même si nous sommes conscients des graves difficulté économiques que cela va engendrer.
>
> Ceci jusqu’aux prochaines préconisations gouvernementales qui ne nous laisseront plus l’alternative de décider.
Réserve Sanitaire

https://www.santepubliquefrance.fr/a-propos/nos-principes-fondateurs/reserve-sanitaire

Auteur : Le CDO - Mardi 17 mars 2020




DEMARCHES SUITE A UN ARRET D’ACTIVITE LIE AU COVID-19
DEMARCHES SUITE A UN ARRET D’ACTIVITE LIE AU COVID-19

Chers Consœurs, Chers Confrères,

En raison de la crise sanitaire inédite à laquelle nous sommes confrontés actuellement, beaucoup d’entre vous s’interrogent : faut-il fermer notre cabinet ? Et si oui, jusqu’à quand ? Quelles seront les mesures mises en place pour nous indemniser ? Voici quelques éléments de réponse.
Compte tenu de l’aggravation de l’épidémie de COVID 19, la plupart des cabinets de kinésithérapie vont devoir fermer leurs portes pendant une durée malheureusement indéterminée, probablement supérieure à la durée minimale de 15 jours annoncée au vu des données épidémiologiques.
Auteur : M Versepuy - Mardi 17 mars 2020

mise à jour du 15 mars 2020
Le stade 3 de l’épidémie COVID-19 a été atteint le jeudi 12 mars. Le respect des règles de distance dans les rapports interpersonnels est l’une des mesures les plus efficaces pour limiter la propagation du virus. Nous appelons tous les kinésithérapeutes exerçant sur le territoire français à les respecter scrupuleusement.
Devant l’ampleur de cette crise sanitaire, de l’importante contagiosité du COVID-19 et au regard de la fréquentation des cabinets de kinésithérapie qui accueillent 2 millions de patients par jour en France, le Conseil national de l’ordre engage les kinésithérapeutes à dispenser les soins à domicile et estime nécessaire la fermeture des cabinets qui ne peuvent pas appliquer systématiquement les mesures barrières indispensables :
• Lavage des mains de toute personne entrant au cabinet,
• Lavage des surfaces de contact entre chaque patient,
• Aération des lieux de soins entre chaque patient,
• Un seul patient présent dans la salle de soin avec le kinésithérapeute,
• Jamais plus d’un patient dans la salle d’attente et autres espaces communs.
• Pour le kinésithérapeute : port d’un masque chirurgical.
Auteur : Le CDO - Mardi 17 mars 2020

Soirée d'information organisée par le CDO de Gironde 5 Mai 2020
Dans le cadre de ses missions le CDO de Gironde vous présente
Auteur : Le CDO - Dimanche 2 février 2020

Stationnement à Bordeaux
NOUVELLES MODALITES DE STATIONNEMENT A BORDEAUX
POUR LES MASSEURS-KINESITHERAPEUTES
Auteur : Le CDO - Mardi 23 avril 2019

RPPS Répertoire Partagé des Professionnels de Santé
Qu'est-ce que cela change pour vous à partir du 5 Décembre 2016 ?

Auteur : Le CDO - Lundi 28 novembre 2016

Le conseil national dénonce le rapport de la Cour des Comptes
Le Conseil national dénonce une approche uniquement quantitative des soins de kinésithérapie par la Cour des Comptes.
Auteur : Le CDO - Jeudi 17 septembre 2015

ACCESSIBILITE
Document actualisé
Auteur : Le CDO - Mardi 7 juillet 2015

Accessibilité
L'administration a mis en ligne un outil de diagnostic gratuit sur un site dédié à l'accessibilité.
Cliquez sur cabinet médical.
Auteur : Le CDO - Mardi 21 avril 2015

ANNUAIRE PROFESSIONNEL:PRUDENCE ET RESPECT DE LA DEONTOLOGIE

De nombreuses sociétés commerciales sollicitent les masseurs-kinésithérapeutes libéraux afin de figurer sur des annuaires.

Ces propositions souvent gratuites au départ s’avèrent très
fréquemment payantes par la suite voir déloyales ou frauduleuses.

La Gironde semble actuellement la cible d'un organisme qui a déjà fait l'objet de condamnation. Cette société entretient la confusion avec les Pages Jaunes. Soyez prudents avant de renvoyer quoi que ce soit.
Auteur : Le CDO - Lundi 30 mars 2015

L'EXAMEN DES CONTRATS: L'ETENDUE DE LA MISSION DU CONSEIL DE L'ORDRE.
L'exercice de la Masso-kinésithérapie, sous quelque forme que ce soit, doit faire l'objet d'un contrat écrit (CSP L.4113-10).
L'ordre a été investi par la loi d'un pouvoir de contrôle pour éviter que les masseurs-kinésithérapeutes ne concluent des contrats portant atteinte aux principes de moralité ou d'indépendance qu'exige l'exercice de la profession.
L'article L.4113-9 du code de la santé publique, rendu applicable aux masseurs-kinésithérapeutes par l'article L.4321-19 du même code, énonce que chaque praticien a l'obligation de communiquer au conseil départemental auprès duquel il est inscrit, les contrats qu'il signe dans le cadre de l'exercice de sa profession.
Nous aurons le plaisir de vous recevoir le MARDI 27 JANVIER lors d'une soirée, au siège du CDOMK de gironde ,consacrée aux contrats pour vous donner de plus amples informations à ce sujet et répondre à toutes vos questions.
Auteur : Le CDO - Dimanche 11 janvier 2015

L'accessibilité des cabinets libéraux est elle une obligation légale?
Projet de réforme de la formation initiale
Communiqué du CNOMK 22.01.2014 - Réforme de la formation
Soirée sur les « dérives thérapeutiques, dérives sectaires et déontologie »
Les organisations de kinésithérapeutes claquent la porte des discussions techniques sur la réforme des études
Le stationnement à Bordeaux
Réingéniérie Formation : Communiqué du CNO du 8 juillet 2013
Rapport de l'Académie de Médecine sur les thérapies complémentaires dont l’ostéopathie
Déclaration des bassins auprès de l'ARS
Arbitrages / niveau de sortie universitaire des MK
Publication du zonage
Polémique sur la bronchiolite
Handisport Gironde
Protocole de sécurisation des profes-sionnels de santé
Bronchiolite : le CNOMK communique
Le Développement Professionnel Continu








 



Conseil Départemental de l'Ordre des Masseurs Kinésithérapeutes de la Gironde - 182 rue Achard 33300 BORDEAUX cdo33@ordremk.fr